29/11/2021
5/1/2022

Les crédits à impact en plein essor au sein des grandes entreprises

À une époque où les entreprises sont de plus en plus attentives à leur stratégie extra-financière, leurs demandes de crédit à impact se multiplient. Zoom sur cette tendance émergeante.

Dernièrement, on observe une fleuraison des demandes de crédit à impact au sein des grandes entreprises. Et cette tendance s'étend petit à petit aux ETI et PME. Une prise de conscience des entreprises sur leur impact explique ce phénomène, mais pas seulement. Cette catégorie de financement - qui rejoint l’éventail d’offres de financements green - propose en effet un périmètre d’application moins limité que les green bonds ou les prêts verts par exemple.

De meilleures conditions d'octroi et de financement

Tout d'abord, ces crédits peuvent effectivement être accordés à toute entreprise, qu'importe sa taille, le type de société dont il s'agit, ou le secteur dans lequel elle évolue. Une éligibilité ici peu contraignante par rapport à d'autres types de prêts.

Par ailleurs, les conditions de financement sont assez attractives. En effet, leur taux est indexé sur le respect de critères extra-financiers (de trois à six en général) préalablement définis lors de la signature du contrat. Si ces critères sont respectés, les entreprises bénéficient alors d'une réduction du taux d’intérêt de quelques points de base. Ce dernier change d'un contrat à l'autre, mais globalement il tournerait autour de 5 points de base.

Le respect de ces critères est vérifié lors d'un audit annuel. Et si à l'inverse la société n'arrive pas à tenir ses engagements, un système de malus s'appliquera. Une sanction qui est rarement appliquée dans les faits, car les critères sont généralement respectés.

Une volonté des grandes institutions de valoriser les critères extra-financiers

Pour éviter tout risque de greenwashing avec ces crédits à impact, les établissements financiers peuvent se référer aux guidelines données par la Loan Market Association (LMA) expliquant comment structurer et vérifier les objectifs. Par ailleurs, au fil du temps, ils ont appris à comparer les indicateurs de performance d’une entreprise à une autre.

Finalement, cette effervescence autour des crédits à impact s'explique aussi par la volonté de plus en plus visible des institutions européennes et françaises de renforcer la prise en compte de critères extra-financiers par les banques. D'ailleurs, en France, 30 % des crédits syndiqués, en volume, sont désormais indéxés sur des critères extra-financiers, selon Eikon Refinitiv et Redbridge.

Source : Option Finance, novembre 2021

élément décoratif turquoise

Repensez les métiers du financement multipartenaire avec KLS

Vous souhaitez échanger avec l’équipe ou obtenir 
des compléments d’information sur KLS et ses produits ?