11/6/2021
12/7/2021

Guerres de succession autour du LIBOR

Après 30 ans d'hégémonie sur le marché des taux courts, le LIBOR libellé en livres, euros, yens et francs suisses, aura des successeurs dès le 31 décembre prochain. Censé représenter le coût du crédit, le LIBOR a perdu sa légitimité après la mise en cause de la fiabilité du taux de référence et des soupçons de manipulation de la part de grandes banques de la Place. Il a aussi perdu en pertinence depuis la perte de vitesse des échanges interbancaires avec les politiques volontaristes des banques centrales pour répondre à la crise financière de 2008. Le LIBOR libellé en dollars a quant à lui obtenu un sursis jusqu'en 2023, car impliqué dans près de 200 000 milliards de dollars de contrats outre-atlantique selon Les Echos. Ce délai lui sera donc nécessaire pour se trouver un successeur. En effet, le taux de substitution proposé par la FED (le SOFR) ne fait pas l'unanimité, contrairement aux taux de substitution européens déjà plus utilisés (Sonia au UK, Saron en Suisse et Euribor pour la zone euro). Aux US donc, les acteurs du marché se livrent une lutte acharnée pour imposer un hériter : l'Ameribor est actuellement en lutte contre le CRITR et le CRITS (IHS Markit), ou le Bloomberg Short Term Bank Yield Index (Bank of America et JP Morgan). La renégociation des millions de contrats en dollars reposant sur le LIBOR s'annonce ardue, notamment outre-Atlantique où l'on s'attend à une intervention du législateur pour éviter l'apocalypse annoncée en 2023.

élément décoratif turquoise

Repensez les métiers du financement multipartenaire avec KLS

Vous souhaitez échanger avec l’équipe ou obtenir 
des compléments d’information sur KLS et ses produits ?