8/9/2022
23/9/2022

Les obligations relance : la bonne alternative face à la remontée des taux ?

En période d’inflation, alors que les banques sont davantage frileuses et que les taux remontent, les entreprises cherchent à diversifier leurs sources de financements et sont plus enclines à privilégier des financements à taux fixes.

Face à ce constat, les obligations relances (OR) - distribuées par des prêteurs privés - se révèlent particulièrement attractives. C’est en tout cas ce que le ministère de l'Economie pense, en annonçant leur prolongation jusqu'à fin 2023. Au départ faiblement sollicitées par les entreprises - peu au courant de leur éligibilité au dispositif - les OR séduisent désormais de plus en plus. En effet, les entreprises qui en profitent bénéficient d’un taux fixe et de conditions favorables : remboursement in fine (au bout de 8 ans, à échéance), sans garantie et sans dilution de capital malgré la nature en quasi-fond propre de ces obligations.

Quelques critères peuvent néanmoins les freiner. Le taux, tout d’abord, est relativement élevé (de 5 à 7%) même s'il a l’avantage d’être fixe et que l'écart est moins grand par rapport aux taux des dettes bancaires d’il y a quelques mois. Par ailleurs, la mise en place du dispositif peut s’avérer compliquée pour les entreprises car elles doivent justifier d’un plan d'investissement qui participe à des projets aidant à la croissance, et non à rembourser des emprunts ou distribuer des dividendes. Et dans un contexte où les prêteurs privés cherchent à “verdir” leur portefeuille, ils sont nombreux à privilégier des projets ESG ce qui peut complexifier l’accès à ces OR pour les entreprises.

Source : daf-mag.fr 16 août 2022

élément décoratif turquoise

Repensez les métiers du financement multipartenaire avec KLS

Vous souhaitez échanger avec l’équipe ou obtenir des compléments d’information sur KLS et ses produits ?