2/8/2022
2/8/2022

Pourquoi la situation économique mondiale pèse sur les valorisations ?

Le marché des fusions-acquisitions traverse une période compliquée, et pour cause ; du fait de la dégradation économique, de l’inflation et de la remontée des taux, les PME de la zone euro sont plus faiblement valorisées. Désormais, elle se vendent 10 fois leur résultat brut d’exploitation (Ebitda) selon l’indice Argos publié le 20 juillet, contre 11,6 fois un an plus tôt.

Ce recul n’est pas seulement observé en Europe, il est globalisé, compte tenu de la baisse mondiale. « Les niveaux de valorisation commencent à être affectés par la nette dégradation du contexte politique et économique », a expliqué Louis Godron, associé d’Argos, aux Echos. Guerre en Ukraine qui perdure, très forte inflation, envolée des prix de l’énergie et des matières premières… Plusieurs compteurs sont au rouge, ce qui fait hésiter les banques à financer des opérations avec effet de levier. Cette frilosité est renforcée par la chute de la croissance aux Etats-Unis et en Europe, mais aussi par les restrictions de la Banque centrale européenne.

Pour autant, toutes les opérations ne sont pas impactées. Sont par exemple épargnées des entreprises ayant obtenu des conditions financières avant la guerre en Ukraine. On peut par ailleurs observer que toutes les entreprises ne sont pas égales face à la correction des prix. En Europe par exemple, dans le secteur de l’industrie, les prix ont reculé à 9,5 fois l’Ebitda (contre plus de 11 fois en 2021) alors que ceux de la santé ont augmenté à 18 fois (contre 13,3 fois avant, selon Refinitiv).

Source : Les Echos du 20 juillet 2022

élément décoratif turquoise

Repensez les métiers du financement multipartenaire avec KLS

Vous souhaitez échanger avec l’équipe ou obtenir des compléments d’information sur KLS et ses produits ?